30/10/2020

Dans le contexte de republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo, le 2 septembre 2020, la France est, pour la première fois depuis les attentats de janvier 2015, l’objet de 3 attaques terroristes en moins d’un mois : le 25 septembre 2020 à Paris, le 16 octobre 2020 à Eragny et le 29 octobre 2020 à Nice. Ce même jour, un garde du consulat de France à Djeddah (Arabie Saoudite) a été agressé. Son attaquant a été interpellé et remis aux autorités locales.

Compte tenu des circonstances, le Premier ministre a décidé d’élever le niveau Vigipirate à son niveau "Urgence attentat" sur l’ensemble du territoire national. Le dispositif sentinelle a été renforcé avec 7 000 hommes mobilisés.

Par ailleurs, un Conseil de défense et de sécurité national s’est tenu le vendredi 30 octobre, convoqué par le Président de la République.

QU’EST-CE QUE LE NIVEAU " URGENCE ATTENTAT " ?
Le niveau urgence attentat peut être mis en place à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action. Ce niveau est mis en place pour une durée limitée : le temps de la gestion de crise. Il permet notamment d’assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens, mais aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise.

Pour plus d’informations sur le plan Vigipirate :

• Consultez la plateforme de sensibilisation : www.vigipirate.gouv.fr
• Consultez la foire aux questions dédiée
 
QUE SIGNIFIE L’ACTIVATION DU NIVEAU " URGENCE ATTENTAT " DU PLAN VIGIPIRATE, LE 29 OCTOBRE 2020 ?
Le président de la République a réaffirmé la détermination absolue de la nation contre le terrorisme. Dans le cadre de l’activation du niveau "urgence attentat" du plan Vigipirate, le dispositif actif depuis le 29 octobre 2020 est adapté pour renforcer spécifiquement :
•    la sécurité des lieux de culte, en particulier au moment des fêtes de la Toussaint ;
•    la sécurité des bâtiments publics (établissement, établissement de santé) ;
•    la sécurité des ressortissants et des intérêts français à l'étranger.

Une attention particulière sera aussi portée à la sécurisation des commémorations de l’armistice du 11 novembre 1918.

A ce titre, plusieurs mesures additionnelles ont été activées pour garantir ces objectifs. Par ailleurs, l’opération sentinelle est renforcée selon les modalités qui seront définies lors du Conseil de défense et de sécurité nationale du 30 octobre.
 
Si vous êtes témoin d’un évènement suspect :
Si vous détenez une information importante pour les autorités, si vous avez une photo ou un film d’un événement majeur, ne les diffusez pas sur les réseaux sociaux (car les groupes terroristes y sont présents et actifs) mais adressez-vous directement aux services de police en composant le 17 ou le 112.
 
Si vous êtes témoin d’un contenu suspect sur internet :
Lorsque vous relevez des contenus illicites sur internet et même si vous souhaitez attirer l'attention des autorités :
•    ne les partagez pas
•    ne les likez pas
•    ne les retweetez pas
•    ayez systématiquement le bon réflexe, signalez les sur la plateforme PHAROS
 
Pour vous informer rapidement :
Pour vous informer rapidement sur l’évolution de la situation, suivez dès à présent :
•    les services de proximité : préfecture de votre département @prefXX – Sapeurs-pompiers (SDIS) ;
•    les services du ministère de l’Intérieur : @Gendarmerie - @PNationale - @Place_Beauvau - @prefpolice ;
•    les comptes des ministères et de @gouvernementFR ;
•    les comptes des partenaires de l’État et des principales institutions, associations et organisations non gouvernementales fiables : votre mairie, votre département, la Croix rouge locale, VISOV: Volontaires internationaux en soutien opérationnel virtuel. (cf. infra).

Bandeau-Vigipirate-Urgence-Attentat.jpg

COMMENT FONCTIONNE LE PLAN :
 
La mise en œuvre du plan VIGIPIRATE repose sur la combinaison de 3 principes majeurs :
évaluer la menace terroriste en France et à l’encontre des ressortissants et intérêts français à l’étranger ;
connaître les vulnérabilités des principales cibles potentielles d’attaque terroriste afin de les réduire ;
déterminer un dispositif de sécurité répondant au niveau de risque.
 
Ainsi, les services de renseignement évaluent la menace terroriste et leurs analyses permettent au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) d’établir une posture générale de sécurité VIGIPIRATE. Cette posture spécifie les mesures devant être mises en œuvre :
- dans le cadre de grands événements nationaux (tels que l’Euro 2016, la COP 21, etc.) ;
- à certaines dates clés de l’année telles que la rentrée scolaire et les fêtes de fin d’année ;
- après un attentat, en France ou à l’étranger, pour adapter, en urgence, le dispositif national de protection.
 
En tout, le plan VIGIPIRATE comprend environ 300 mesures parmis lesquelles des mesures permanentes appliquées à 13 grands domaines d’activité (transports, santé, etc.) et des mesures complémentaires activées en fonction de la menace terroriste. Une partie de ces mesures sont classifiées.
 
LES AUTRES PLANS PIRATE :
 
Le plan VIGIPIRATE  est prolongé dans certains domaines par des plans d’intervention spécifiques qui mettent en œuvre des moyens spécialisés (plans NRBC, PIRATAIR-INTRUSAIR, PIRATE-MER, PIRANET, METROPIRATE, INTERCEPTION PROLIFERATION).

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.